Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 19:10

Aristote, Métaphysique, CHAPITRE IV 1007b

§19 « Il ne se peut jamais que l’attribut soit attribué à un autre attribut » : par exemple blanc et musicien (ou bleu). « À moins que tous les deux ne soient les attributs d’une seule et même chose » : à moins que leur unité soit assurée par cela qu’ils appartiennent à un même ensemble de référence. Par exemple, si Socrate est blanc et musicien : « parce que l’un et l’autre sont des attributs possibles de l’homme ». « Par exemple, Socrate blanc [10] ne peut recevoir encore un autre attribut », musicien, sauf s’ils sont dits d’un même homme (d’un même ensemble de référence).

§20 Donc « il y a des attributs de ces deux choses » : ceux qui appartiennent ou non à un même ensemble de référence. Il est correct donc vrai de dire « Blanc est un attribut de Socrate » si Socrate est une référence qui inclut le blanc. « Dans la série remontante » : en remontant vers la référence, vers l’inclusion c’est-à-dire « au-dessus ». Dans ce cas, « la combinaison ne peut aller ici au-delà de deux [… le sujet et le prédicat, l’attribut et le sujet] ne peuvent être en nombre infini dans la série remontante ». Si l’on dit que Socrate est blanc est musicien « il ne pourrait jamais se former une unité individuelle quelconque » : cela ne se dit pas, c’est donc faux, sans unité de référence possible, car le langage reflète ce que la chose est. Où l’on voit une théorie référentielle du vrai où le logos générateur est le vrai.

§21 « À plus forte raison » le cas de l’intersection qui dépend du référentiel à la fois blanc et musicien car elle est en quelque sorte une double inclusion (de parties). Intersection où « le premier n’est pas plus l’attribut du second que le second ne l’est du premier » : les points communs en inclusion respectives. « Pour ceux-ci, ce ne sont pas [15] des attributs attribués à des attributs » puisque, disons, blanc et musicien ne s’incluent pas, mais des attributs communs. Puisqu’il y a des intersections essentielles, « par conséquent, tout n’est pas accident et attribut, comme on le dit ; et il y aura un terme aussi pour désigner l’être en tant que substance », un autre pour désigner l’être en tant qu’essence.

Si le jugement les réunit, A et B peuvent soit coïncider, soit plus ou moins s’inclure. L’attribut coïncide avec le sujet, la substance inclut le sujet ; par exemple, cet objet est rouge, soit accidentellement de ce rouge-là, soit « en tant que » il appartient à ce qui est rouge. Dans un cas il est rouge, dans l’autre il apparaît en tant que rouge, comme représentant (comme la santé représente le sain, etc.)

Il y a des éléments formant l’unité d’un ensemble « comme l’attribut de Musicien appliqué à Socrate », d’autres en intersection lorsque les attributs se restreignent : dont l’unité d’éléments est l’intuition d’intersection. Les éléments en question ne sont pas atomiques sinon ils ne pourraient pas être en intersection ; car « dans la série remontante » signifie que l’on voit l’élément comme un ensemble : ici point d’atomisme. Voir comme : la logique nécessite un regard poétique, car la création vient de ce que la conscience voit, celui de voir l’individu comme un sous-ensemble.

L’enjeu est de manipuler les attributs avec parcimonie et attention : la philosophie n’ajoute des adjectifs que pour réduire l’extension d’un prédicat ; Socrate exceptionnel est homme laid endurant. L’acte philosophique tient dans la correspondance et l’acte poétique qui multiplie les adjectifs, les adjonctions élémentaires, est un acte de création des essences intersectives : l’acte poétique est essentiel au sens propre. L’acte est d’englober un sujet dans un prédicat c’est-à-dire un ensemble plus grand que lui puis de préciser par une intention supplémentaire, poétique, une partie intersective de ce prédicat en adéquation avec lui.

§22 « Si les contradictoires étaient toutes également vraies relativement à la même chose, tout dès lors [20] serait confondu avec tout. » La contradiction est affaire d’ensembles indépendants, pas d’intersections ou d’inclusions. Blanc et musicien n’ont rien à voir l’un avec l’autre, musicien est une des négations possibles de blanc et un élément contradictoire car disjoint, ceci selon la graphie et la sonorité, le mot, et selon la chose, le schéma. On a beau regarder, on ne voit rien, aucun point commun entre ce qui est blanc et ce qui est musicien ; sinon tout serait confondu avec tout, ce qui est le cas dans un référentiel.

Mais selon l’intention, en ajoutant une disposition, en rapprochant les choses, une intersection puis éventuellement une inclusion apparaît : une partie essentielle apparaît entre les touts. Tout à coup, on voit un musicien blanc parmi ce qui est blanc.

Ces contradictoires ne sont plus toutes également vraies puisqu’une partie vraie fait la différence : une intersection ou une inclusion. Il existe à un moment c’est-à-dire en un lieu (le temps dépend du lieu et d’une densité) du blanc référentiel sur fond de quoi se détache un musicien – un musicien blanc.

« Si quelqu’un trouve que l’homme n’est pas une trirème, l’homme évidemment n’est pas une trirème ; mais il l’est, si la contradictoire [25] est également vraie. » Trouver : ajouter un argument ou bien une représentation ; car l’évidence tient à ce que l’intention ajoute. Par exemple, c’est par une diagonale ajoutée qu’il devient évident qu’un carré est de surface double du premier. Mais l’homme serait une trirème si un ensemble et une loi ne venaient rajouter un trait de séparation entre les choses. Sans trait, tout serait dans tout, comme dans l’univers ouvert ou bien en chimie. Sans trait le physicien semble perdu hors structure, dans l’infini et l’enjeu est qu’avec cette nécessité des traits, structures ou schémas, Aristote ne comprend pas Anaxagore le chimiste chez qui tout est dans tout (nous le verrons).

§22 « Or, s’il en est ainsi, on a démontré par cela même que les contradictoires ne peuvent jamais être attribuées simultanément à une seule et même chose. » Car, s’il en est ainsi, parce que l’ensemble {attribut} inclut ou bien coïncide avec l’élément {sujet}, ce n’est pas Musicien et Blanc ou homme et trirème qui sont attribués à Socrate mais leur point commun, s’il existe.

S’il n’en est pas ainsi, si l’on ne possède pas la vision eidétique des intersections objectives (essences) « l’on peut indifféremment ou tout affirmer ou nier tout, comme sont forcés de le soutenir les partisans de la théorie de Protagore. » Pour lui notamment, « l’homme est mesure de toute chose », d’abord de ce qui existe : arpentage, aunes et étalons, juge de la sentence et fondateur des lois plutôt que les dieux, et maintenant organisateur de la nature. Ensuite maître de faire exister, soutenir ou supprimer les choses. Ainsi le sophiste se fait fort de soutenir ce qu’il veut : tout tient à l’action personnelle alors que les arguments s’imposent impersonnellement : par soi.

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Aristote
commenter cet article

commentaires