Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 19:51

Le chapitre VIII traite de l’inclusion et de la vérité. Où l’on voit la vérité tenir à la beauté technique – et sociale.

L’inclusion distingue le mélange et la juxtaposition, donc la physique et le langage.

76. Impossibilité que rouge et vert soient en même temps en un même lieu. […]

Wittgenstein, Remarques philosophiques, [Recension des matières VIII], Tel Gallimard, 1975, page 21.

Le langage est incapable de mélanger ce que la physique est capable de mélanger : « rouge et vert ». Le langage ne peut que juxtaposer ce que la physique peut mélanger. La distinction est la propriété physique du langage. Le langage est une application physique, c'est-à-dire que ce qu’il peut faire est une restriction de la nature : il ne peut rien faire disparaitre – mais peut construire le non-donné comme la beauté.

76. […] Que serait une couleur faite d’un mélange de rouge et de vert ? […]

Deux couleurs mélangées ensemble disparaissent en tant que telles. Rouge et vert mélangés donnent, disons, une sorte de marron : que serait une telle couleur ? Disons, quelque chose de pas très beau. La physique donne ce que la convention rejette ou discrimine (respectivement, ce qui lui plaît). La procédure technique du mélange ne donne pas ce que la convention du goût nous donne : l’une une couleur, l’autre une beauté. Une couleur faite d’un mélange de rouge et de vert demeure encore une couleur, sans porter d’extériorité, en perdant les caractéristiques telles en source – une entropie. La convention technique ou sociale extrait vers le haut ce que la physique uniformise, elle dit quelque chose hors de quelque chose : l’important ou le convenable – le bon et le beau. La convention porte une intention active ; par exemple, un ensemble de codes décrit l’exclusion des gestes, elle extrait le droit parmi des possibles – elle applique, Cf. chapitre II.

De plus, selon le temps et le lieu, les résultats conventionnels changent tandis que les résultats physiques subsistent. Physique et convention sont capables de produire des choses chacun dans son domaine de définition – sans être capable de produire ce que l’autre fait. Ainsi, la physique ne dit pas la beauté : tel est l’enjeu de la vérité.

76. […] Différents degrés de rouge sont également incompatibles ensemble. – Et cependant je peux dire : « Il y a un bleu encore plus rouge que le plus rouge de ces deux-là. » Autrement dit je peux construire le non-donné à partir du donné. […]

Un degré 1 plus un degré 2 donne un degré 4 ou 5 : une suite serait encore une cohérence. Deux degrés de rouge mélangés donnent encore du rouge : la nuance disparait, pas la couleur physique. Mais lorsqu’une couleur disparait dans le mélange, non seulement sa qualité de rouge ou de vert, mais aussi sa quantité de rouge, sa nuance, son degré disparait. Ce n’est pas seulement sa position sur une graduation qui disparait, mais la graduation elle-même – dans une entropie infinitésimale. La couleur physique précise telle disparait.

« Et cependant », alors que techniquement le référentiel physique disparaît, le référentiel du langage demeure – l’échelle demeure. Un rouge plus rouge est vrai pour la technique, tandis qu’un rouge plus bleu est vrai pour la grammaire : la construction est correcte, je peux le dire, comme Eluard. Je peux alors construire de manière correcte le non-donné physique à partir du donné du langage qui cependant s’appuie sur du donné physique.

**

§76 suite. Le problème du mélange et de la juxtaposition dans l’inclusion est ainsi posé, mais restent posés, le problème de l’inférence car si A implique B, A est inclus dans B, et le problème des tables de vérité. Et nous verrons : problème social et problème technique. Or la question que pose Wittgenstein est celle-ci : y aurait-il possibilité de parler de vérité sans parler des tables de vérité ? Nous verrons ceci : qu’il est possible de parler de la vérité d’une part par l’inclusion sociale, d’autre part par l’intersection pour entrer dans l’intimité du mélange – dans les pixels. Et l’on comprendra les tables de vérité par le schéma du tableau cartésien et du croisement, fondamental chez Wittgenstein car déjà abordé au chapitre IV : c’est lui qui schématise le rapport de la source et de l’image. Cf. §38, §45, §46, §48, §50.

§77. Concevoir la vérité à la fois techniquement et socialement, par l’implication et l’inclusion ou par l’essence, l’intersection, le pixel, « Cela est relié à l’idée de description complète ».

**

Il reste à rendre compte de la dernière phrase du §76.

76 […] Alors c’est que deux propositions élémentaires peuvent se contredire.

« Alors », c'est-à-dire au cas où nous ne faisons pas appel aux tables de vérité qui permettent d’entrer dans l’intimité de la vérité au pixel près. Alors, nous examinons un point de vue dirigé hors de l’intimité, externe, celui dont l’enjeu est la référence externe. Alors, deux propositions élémentaires peuvent se contredire car a n’est pas b et en même temps a est b.

Mais il y a là une référence à Frege et un détour à faire par le dernier paragraphe de ce chapitre…

86. La syntaxe interdit une construction comme « a est vert » et « a est rouge » […] La syntaxe regroupe par ce moyen les propositions qui sont une détermination.

Wittgenstein, Remarques philosophiques, [Recension des matières VIII], Tel Gallimard, 1975, page 23.

Frege le disait, et il se trouve que nous le rappelions dans le tout premier billet de ce blog, a=b si seulement a et b ont une même dénotation, car sinon, a et b n’ont pas la même graphie, la même sonorité, c'est-à-dire le même sens en source. Ainsi, a=b si a = 2 et b = 2 : si les propositions élémentaires a et b renvoient à une même chose, ce sont des propositions qui renvoient à une détermination (dénotation, image, signification, destination).

Ainsi, la syntaxe des tables de vérité interdit de dire que a est à la fois rouge et vert tandis qu’il est possible de préciser, par convention, que a et b renvoient tous les deux à vert. Dans un domaine de définition technique, la syntaxe interdit ce qu’elle autorise dans un autre domaine de définition social : dans un autre espace de convention. Dans le domaine social, a et b ont des graphies et des sonorités différentes : des beautés différentes.

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Wittgenstein
commenter cet article

commentaires