Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 19:15

Une méthode est une procédure à suivre pour s’approprier, payer en travail, et retirer le plaisir de l’image produite :

27. Dis-moi comment tu cherches, je te dirai ce que tu cherches.

Wittgenstein, Remarques philosophiques, [Recension des matières III], Tel Gallimard, 1975, page 15.

Un contenu dépend par la procédure qui le révèle (Cf. §26), de la fonction qui le produit : tout ce que nous donnons est produit par nous comme tout objet industriel produit dépend de son processus de fabrication – et on comprend le contenu, non pas dans sa source, mais dans son image, après que le bureau des méthodes dit comment le produire en atelier. Dis-moi comment l’ouvrier travaille, je te dirai ce qu’il produit. L’étalon d’appréciation n’est pas la référence de l’objet mais de l’activité – de la vie d’entreprise.

Ainsi dans la pénombre, pour voir l’image objet terminé Á(x), il convient de porter attention à côté de la focale : examiner Á, la réalité du processus, car c'est à la périphérie de la rétine que se trouvent les cellules en bâtonnets permettant la vision en luminosité faible, mais aussi les mouvements et les distinctions. Telles sont les contraintes économiques.

Mais si la psychologie et la médecine nous disent spontanément, naturellement, où nous voyons, la logique nous dit méthodologiquement où la théorie de la connaissance voit.

Ainsi, nous l’avons vu, « l’attente a un rapport avec la quête » car l’attente est l’indice de la fonction.

28. Je sais après quoi je cherche sans que doive réellement exister ce que je cherche. […]

Ibidem p.16

Le processus est une réalité en soi : l’ouvrier a sa vie de travail dans l’atelier indépendamment du produit fini et avant sa terminaison. Ensuite, la réponse se substitue à la quête : il s’agit d’un autre métier, et d’un autre événement organisateur de l’entreprise : transport, facturation.

28. […] Cela veut dire que l’attente doit être dans le même espace que ce qui est attendu.

L’atelier ou la chaine de production se trouve dans l’usine, machines et main d’œuvre dans le même espace que celui du produit fini, tandis que les matières et composants d’approvisionnement viennent d’ailleurs.

§29. Par conséquent, la fonction, le processus, « ne se décrit pas de façon externe par l’indication de ce qui est attendu ». Par exemple, la description de ce que doit être le vase attendu implique de décrire de façon interne au processus ce que le processus doit être : telle forme, telle cuisson, telles couleurs.

§30. Selon le lieu, Wittgenstein distingue la chose même du processus et de la terminaison : l’événement attendu terminé n’est pas le même que l’événement « qui a également eu lieu à tel endroit », à l’endroit de l’atelier différent de celui du stockage. Le processus d’atelier a un lieu déterminé tel tandis que celui du stockage est indéterminé tel : on ne sait où selon le transport. Mais la chose en tant qu’événement ici et là est « également » un même événement (Cf. §25 et §26), bien que la chose terminée n’a pas de lieu adéquat. En logique d’entreprise, il y a donc trois événements : le processus, la terminaison, la chose : « le mot "même" signifie chaque fois quelque chose d’autre ».

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Wittgenstein
commenter cet article

commentaires