Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 19:19

Le chapitre VIII des Remarques philosophiques de Wittgenstein traitera de cette surface croisée par deux ensembles en référence (le résultat) ; les chapitres IV et V traite de ce croisement (par une fonction).

Le chapitre IV traite de la composition interne ; ainsi, chaque couleur est une graduation lumineuse d’un même ensemble chromatique. Mesurer, comparer les couleurs est une application de la forme E Ä E appliquant couleur sur échelle spectrale.

39. Si je ne vois que du noir et dis que ce n’est pas rouge, comment sais-je que je ne dis pas un non-sens […] si rouge n’est pas juste une autre graduation de l’échelle de référence sur laquelle noir en est également une.

Wittgenstein, Remarques philosophiques, [Recension des matières III], Tel Gallimard, 1975, page 17.

L’enjeu de l’affaire est une cohérence des ensembles. Ce qui n’est pas rouge est noir, animal ou arbre : la négation vaut la liste du complément à l’ensemble qui inclut n’importe quoi : y compris le non-sens de l’hétéroclite, Cf. §9. « Arbre » appartient à un autre domaine de définition que « couleur » ou alors au domaine des indéterminés « choses » ; mais alors « animal » est un non-sens. Si je mélange les domaines de définition en source, je produis un non-sens : « arbre » selon que j’attends une couleur ou bien une chose en général.

Si rouge est une autre graduation de lumière que le noir, je passe d’une couleur à une autre sur une même échelle graduée en référence, dans un même ensemble de définition : il n’y a pas non-sens c'est-à-dire d’hétéroclite en source. Rouge et noir font partie d’un même ensemble des couleurs, d’une même variété quantitative, sans saut qualitatif, sur une même échelle de référence.

Je sais « que cela peut être rouge » si rouge appartient à une même échelle, sans en sortir ; et si je n’ai pas d’échelle de graduation, je ne peux pas voir les ruptures.

§40. Ainsi, bleu se positionne sur l’échelle chromatique à gauche ou à droite de rouge et détermine une direction vers le noir (couleur achromatique), vers la périphérie : comme des mots dans une expression grammaticale.

41. Le daltonien a un autre système de couleurs que l’homme normal.

Ibidem

Le daltonien qui ne différencie pas le rouge et le vert ne voit que des nuances sans rupture : sans raies spectrales, il possède un système sans graduation d’échelle. Dans un système sans rupture, il ne peut réellement voir les ruptures (les mots) bleu ou jaune.

§42. Mais une nuance de gris est déjà une rupture sur une échelle « qui va du plus clair au plus foncé », une graduation : « il faut que l’échelle de référence soit déjà en place » a priori. Pour voir un intermédiaire de gris, il faut que les extrémités soient déjà en place. Pour percevoir une variation de nuances il faut que je possède a priori une échelle de nuances.

42. […] je ne peux pas choisir entre audition interne et surdité interne.

Ibidem

Entendre et ne pas entendre sont des extrémités différentes, des degrés extrêmes sur une même échelle. Aveuglement ou surdité sont des degrés zéros sur une échelle inévitable. On ne peut pas penser une droite sans penser ses extrémités : on n’a pas le choix. On ne peut pas choisir de ne pas considérer des extrêmes : on est obligé de les considérer. Audition et surdité sont des extrêmes indétachables de la notion même d’évaluation. Or physiquement, un sourd ou aveugle à ce qui est extérieur demeure dans le silence et le noir à l’extérieur de l’échelle des valeurs. Mais en interne c'est-à-dire logiquement, il ne peut pas choisir de ne pas considérer des extrémités dès lors qu’il considère une échelle. Moi, l’aveugle, le sourd, je suis obligé par la logique.

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Wittgenstein
commenter cet article

commentaires