Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 23:16

Un dialogue de sourd est une faute phénoménologique car il correspond à un mélange de ce qui est distingué.

36. […] « J’attends trois coups à la porte. » Qu’en serait-il si je répondais : comment sais-tu qu’il y a trois coups ? »

Wittgenstein, Remarques philosophiques, [Recension des matières III], Tel Gallimard, 1975, page 16.

Voici un dialogue d’abord entre les fonctions et les résultats « qu’il y a », dont l’indice est le « il y a », ensuite entre les fonctions physiques et intellectuelles « frapper » et « savoir ».

D’abord, la fonction est séparée de la réalisation malgré la saturation de l’attente de quelque chose : séparation et attachement, suspens, telle est la condition d’un dialogue. Il y a dialogue de sourds entre celui qui parle de fonction et celui qui parle de réalisation. Savoir qu’il y a présuppose la réalisation. Si j’attends trois coups, et même si je les entends, je suis en état de questionnement : d’abord j’ai la possibilité d’entendre, j’ai une fonction disponible, ensuite j’ai trois coups comme tel en tête pour les reconnaitre. Mais je ne dispose pas encore dans le détail d’une réalisation. J’entends car attentif, j’attends que il y a trois coups et parce que je sais quoi attendre comme tel en tête. Lorsque j’attends une réponse, je peux savoir et je sais quoi attendre comme tel, une réponse, mais j’attends encore sa production. Je sais qu’il y a trois coups car je les ai attendus dans la question ou l’attente, et j’ai eu le temps d’avoir quelque chose de tel en tête. Cependant, dans l’attente j’ai le même être-tel et la même fonction de présentation de la couleur ou du son que dans la réalisation. Mais pas encore le même détail de réalisation que je trouve dans la réalisation.

Ensuite, séparation des fonctions. Nous l’avons vu, l’attente et la procédure sont les indices de la fonction : ici, il s’agit des fonctions « frapper » que j’attends et explicitement de la fonction « savoir ». L’une et l’autre attendent une procédure différente : lever et baisser pour celui qui frappe, ajouter un pour celui qui sait. Il s’agit ici chaque fois d’une procédure exclusivement technique. Mais, entre frapper physiquement et compter mentalement, il y dialogue de sourds. Or, frapper « trois coups » présuppose à la fois de taper et de compter. Entre procédure de savoir et procédure de geste, il y a dialogue possible : celui qui tape compte parfois jusqu’à trois, si le muscle dialogue avec l’intelligence.

Il y a ici quelques remarques de style. Question et réponse sans ou malgré la ponctuation physique : une question est dans le lieu de l’attente. Dialogue entre implicite et explicite : entre fonction physique implicite et mentale explicite. Dialogue entre procédure de savoir et de geste. Où l’on voit que pour Wittgenstein, l’allusion est l’indice de la vérité : le signal faible de l’esthétique picturale.

Or, qu’en serait-il ? Si j’attends trois coups, je les entends en tête avant qu’ils soient frappés sur la porte, et je dispose de la procédure « plus un » pour compter jusqu’à trois. Je dispose autant de l’attente que de l’attendu-tel, de la fonction que de l’être-tel. Il y a attachement en plus de la séparation : condition du dialogue. L’enjeu est qu’il ne peut pas y avoir attente sans attendu-tel. L’enjeu est que s’il y avait attente sans savoir, fonction sans être-tel, il y aurait dialogue de sourds. Il y aurait attente infinie : on ne saurait jamais que la réponse s’est produite.

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Wittgenstein
commenter cet article

commentaires