Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 18:59

Aparté : Husserl traitait bien des domaines de définition avant Wittgenstein : nous le disions dans un résumé, dès l’introduction aux Prolégomènes à la logique pure, il était question d’ensembles objectivement fermés en leurs domaines, comme par exemple la science du domaine animal ou du lion, de sorte que les « niveaux logiques différents » sont adéquats. La quatrième Recherche qui traite de la grammaire pure, traite spécifiquement des domaines de définition : il nous parait indispensable, à un moment ou un autre, de discerner les liens entre Husserl et Wittgenstein.

**

5. Pourrait-on dire que l’enfant doit sans doute apprendre à parler un langage déterminé, mais non à penser ?

Wittgenstein, Remarques philosophiques, [Recension des matières I], Tel Gallimard, 1975, page 13.

Le langage déterminé est celui des ingrédients matériels et qui s’apprend : celui de la physique. Penser, c’est maîtriser la grammaire dont l’emploi spontané des conventions s’inculque par la soumission aux influences, aux cultures – aux domaines de définition. La grammaire est formelle tandis que ses ingrédients sont librement, poétiquement choisis.

Ainsi, §6 : « en un certain sens l’emploi du langage n’est pas matière à enseignement ».

Le pédagogue est passeur d’idées pour Platon, passeur de formes pour Wittgenstein – il ne passe pas les matières.

**

Nous voyons un souci ou un état de désinvolture chez Aristote, Platon et chez Wittgenstein : comme chez Descartes aussi, l’exposé des matières, ordre des raisons, est dégagé de l’enchainement naturel, ordre des matières. Comme si de rien n’était, Platon place l’important en tête du texte, pour ménager un retour, et ses conclusions au milieu, lieu du séjour. Aristote omet toute indication pédagogique (comme Kant) et écrit pour qui a déjà tout compris… Aristote expose les références exhaustives et au lecteur de repasser des index à leurs emplois, de passer d’un manuel de référence à un manuel utilisateur. La désinvolture non pédagogique d’Aristote privilégie l’ordre des matières, car une pédagogie n’a pas à être exhaustive pour passer le message. L’intérêt matériel d’Internet tient aux moteurs de recherche qui contractent les matières et n’en font apparaitre que les occurrences selon une raison en facteur : extraire la raison hors des matières.

Ainsi voyons-nous une désinvolture, ici, chez Wittgenstein : il n’y a ni ordre des matières, ni ordre des raisons, la proposition 7 porte ici comme dans la Tractatus un paroxysme de signification, les premiers paragraphes d’un chapitre ne sont pas les plus signifiants, ni les derniers. L’enjeu est ici une composition musicale de la forme. En effet, une musique est belle à condition que les notes de musiques ne soient pas ordonnées du piano au forte, qu’il y ait des nodosités, et que l’ensemble obéisse à une convention cohérente.

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Wittgenstein
commenter cet article

commentaires