Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 19:20

Les chapitres IV et V traitent des applications internes et externes.

Par définition, une application interne croise une application sur elle-même de la forme E Ä E ; une application externe est de la forme E Ä F d’un ensemble sur un autre. Par exemple, on ne peut pas diviser les impairs par deux dans le même ensemble des entiers naturels.

Par définition, un espace est un croisement d’ensembles. Un espace cartésien est un tableau à double entrée qui croise deux ensembles, au sens mathématique ; en abscisse la source, en ordonnée la réalité. C’est la fonction qui présente ce croisement.

38. Le souvenir et la réalité doivent être dans un espace. Egalement : la représentation et la réalité sont dans un espace.

Wittgenstein, Remarques philosophiques, [Recension des matières III], Tel Gallimard, 1975, page 17.

Le souvenir et la représentation sont en source, la réalité en destination, saisie ou transformée par les souvenirs ou l’être-tel. Par exemple, du fait d’un souvenir en source, l’image d’un visage connu ou inconnu n’a pas la même tonalité ; selon l’être-accroupi en source, un homme aux jambes fléchies n’est pas accroupi. Ainsi, chaque détail correspond à un croisement, détail du souvenir ou de la représentation Ä détail du visage. De sorte que le détail d’un souvenir attire l’attention sur un détail du visage ou que l’être-tel soit la source d’une exigence critique. Car l’espace permet de rendre compte des détails, tel est l’enjeu.

Or, souvenir et représentation se distinguent car l’un est nécessairement le reflet de la réalité, l’autre pas. Ainsi, souvenir et réalité sont dans un espace interne, représentation et réalité sont dans un espace externe. Mais ils sont « également » dans « un » espace qu’il convient de préciser, tel est le problème…

Souvenirs et représentations n’ont pas les mêmes propriétés : le souvenir, par sa présence, a la propriété de transformer la réalité, de lui fournir une tonalité. Tandis que l’être-tel est la source disponible d’une comparaison, il ne produit rien par sa seule présence. Ainsi, souvenirs et représentations appartiennent à des ensembles E ou F de domaines de définition spécifiques différents.

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Wittgenstein
commenter cet article

commentaires