Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 17:37

Ici, le site Philex nous offre de réfléchir sur la brûlante actualité académique : http://philex.over-blog.com/article-28577929.html.

Les inégalités sont-elles incompatibles avec la démocratie ? Car si la démocratie promet d’être le meilleur des régimes politiques comment les inégalités insupportables que l’on constate peuvent-elle être compatibles ? Comment le pire peut-il être compatible avec le meilleur ? La démocratie est pleine de promesses en tant que principe mais est-ce grâce à elle que le détail des campagnes électorales promet le bonheur ? Si certains partis politiques promettent de réduire les inégalités, quelles sont les quelques inégalités que la démocratie promet de réduite elle-même par principe ? Car sans cette promesse essentielle pour l’avenir qui l’emporte sur tous les inconvénients présents, comment accepter de côtoyer le pire, comment supporter d’attendre ?

Il y a inégalité de causes et inégalité de résultats. L’inégalité des résultats provient de la faiblesse des acteurs ou d’un système ; or, l’inégalité des résultats se produit pour des causes identiques qui sont en même temps partielles, laissant la place à d’autres causes, et se produit accidentellement dans tous les régimes politiques, tandis que la démocratie décide comme elle le peut des aides particulières portées aux inégalités préjudiciables comme le ferait le « roi ». Et à compétence égale, la qualité des résultats dépend des objectifs relatifs et variables du groupe démocratique le plus nombreux : parfois la richesse des élites pour un groupe, parfois la cohésion des équipes pour un autre groupe. Donc les inégalités des résultats demeurent compatibles avec la démocratie comme avec tout autre régime.

L’inégalité des causes est d’abord celle des forces physiques et économiques mais la démocratie est un régime de droit équivalent face à toutes ces inégalités. Si l’on pense à la différence entre « en droit » et « en fait », on remarque qu’en démocratie celui qui est faible est alors fort grâce au droit, que celui qui est fort n’est pas plus fort que le faible. La démocratie ménage en fait l’alternance des dirigeants contrairement au « roi » qui installe ses nobles et l’inégalité par nature. De plus, l’évolution du droit par l’action des partis politiques garantit que les inégalités de fait seront rectifiées par l’égalité de droit : un paradis sur terre où les faibles peuvent avoir un espoir ? Au moins un principe d’équilibre social sur terre et non dans l’au-delà, hors de l’arbitraire individuel et divin sinon hors celui des partis. Les inégalités en fait sont compatibles avec la démocratie en droit qui les corrige en droit dans les faits. La compatibilité demeure entre les lieux logiques disjoints du fait et du droit.

Puis historiquement, la démocratie est une conséquence des inégalités, elle est causée par les inégalités constatées par un peuple qui ne les supporte plus : les inégalités sont compatibles avec la démocratie car les unes forment la cause finale de l’autre. Sans inégalités insupportables, point de conquête du régime démocratique. Et la démocratie est un système de droit où tout ce que l’on peut faire selon ses moyens est permis sauf ce que la loi interdit, tandis que les régimes non-démocratiques interdisent tout sauf ce qui est explicitement permis. Par conséquent dans la non-démocratie le régime cause directement les inégalités, les privilèges, selon le bon vouloir du « roi », tandis que la démocratie régularise, colmate les brèches.

L’inégalité des causes est ensuite celle des forces d’expression. La politique démocratique est affaire d’expression car les gens s’y expriment par le vote et par la liberté d’expression de la campagne qui le précède. Il y a démocratie lorsque les gens organisent leur liberté d’expression et lorsque leur expression permet d’accéder au pouvoir. La démocratie est une conquête historique du pouvoir par l’expression de ceux qui savaient s’exprimer, à l’époque des Lumières. Au 18ème siècle, la bourgeoisie avait les moyens d’expression : la démocratie demeure incompatible avec ceux qui n’ont pas accès aux moyens d’expression. La démocratie implique institution c'est-à-dire publication des principes et des textes dans le journal officiel ou les journaux d’annonces légales : mais il y faut d’abord le moyen de s’exprimer par soi. L’enjeu pour être démocratique, c’est qu’il faut mais qu’il ne suffit pas d’être nombreux comme hélas les pauvres peuvent être nombreux, d’être peuple qui vote ; il faut encore avoir l’accès dans les faits à la communication. Sans égalité d’expression, point de démocratie : sur ce point essentiel, les inégalités de principe et de fait sont incompatibles avec la démocratie.

En conclusion, l’inégalité incompatible avec la démocratie est l’inégalité pour pouvoir dire les choses. L’incompatibilité entre inégalités et démocratie ne tient qu’à l’inégalité des moyens d’expression c'est-à-dire au pouvoir d’accéder au pouvoir en démocratie, tandis que ce sont les partis politiques mais ce n’est pas la démocratie qui cause ou traite particulièrement les inégalités physiques ou économiques qui y demeurent compatibles bien que parfois scandaleuses comme avec tout système. La solution n’est pas que le philosophe soit roi car incontestablement le meilleur de tous, n’est-ce pas, ou le scientifique si la science est meilleure, mais que tous soient rois philosophes, et capables de s’exprimer intelligemment. Car l’incompatibilité des inégalités avec la démocratie tient aux inégalités des lumières, aux inégalités physiques et économiques empêchant l’expression intellectuelle, et surtout, empêchant son acquisition.

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Rencontres
commenter cet article

commentaires