Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 10:59

Réécrit le 30/08/12

Nous avons vu avec Frege que « le sensible ouvre le monde de ce qui échappe aux sens » (ibidem p.64), que le signe est la manière de dire la chose qui se distingue de la chose même (ibidem p.103) : voyons où est cette chose même dans ce monde logique qui échappe aux sens.

La représentation associée à un signe doit être distinguée de la dénotation et du sens de ce signe. (…) La dénotation d’un nom propre est l’objet même que nous désignons par ce nom ; la représentation que nous y joignons est entièrement subjective ; entre les deux gît le sens, qui n’est pas subjectif comme l’est la représentation, mais qui n’est pas non plus l’objet même. La comparaison suivante éclairera peut-être ces rapports. On peut observer la lune au moyen d’un télescope. Je compare la lune elle-même à la dénotation ; c’est l’objet de l’observation dont dépendent l’image réelle produite dans la lunette par l’objectif et l’image rétinienne de l’observateur. Je compare la première image au sens, et la seconde à la représentation ou intuition.

Frege, Écrits logiques et philosophiques, [Sens et dénotation], Seuil Points Essais page 105, 106.

Définition

La dénotation est ce que nous désignons à partir de la chose-même : l’objet même après désignation.

Arguments

Le nom propre x dénote a ou l’objet même « table » dénote {table} désignée. « Entre les deux » : entre « table » et la représentation ajoutée de table, c’est-à-dire dans la source avec ou sans représentation, entre subjectif et objectif, « gît le sens ». L’objet même est le x en source ; par exemple, « télescope (lune)=dénotation de lune » où « télescope » est la fonction, « lune » est l’objet même (la lune elle-même), la dénotation est l’observation. Le sens c’est « télescope (lune) » de la forme « fonction de l’objet même », la représentation ou l’intuition c’est la dénotation de lune.

Distinctions

 « La représentation associée à un signe doit être distinguée de la dénotation » : la représentation (non nécessaire) en source est associée en destination y à F(x). Elle est distinguée du sens qui est le couple F(x). Sens et dénotation se distingue aussi comme y et F(x), nous l’avions vu. L’objet même est le x qui est désigné par y ; l’objet même est parfois accompagné de représentation : il n’est pas elle. L’objet même est comparé à la dénotation : il n’est pas elle non plus. Le réel n’est pas le sens en source mais un résultat produit.

Problème

La chose même est donnée au départ mais se distingue de la réalité : la réalité n’est pas donnée au départ. La réalité n’est pas notre source ; notre source, c’est la chose même et nos fonctions. La réalité est un mélange du monde et de nous, après le signe et après le sens.

Enjeu

Sans le sens, la fonction et la chose même, et sans la production fonctionnelle, point de réalité : ni observation ni représentation.

Rapprochement

Ibidem p.103 et 107, un nom propre est un signe, un nom, une expression, différent d'un concept ou d'une relation ; ibidem p 104, il y a un lien régulier entre signe, sens, dénotation, et il y a surdétermination des signes ; ibidem p.106, si deux choses identiques se font, deux représentations, elles ne sont pas identiques au départ ; et le sens est le « trésor commun de pensée qui se transmet d’une génération à l’autre ».

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Frege
commenter cet article

commentaires