Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 18:10

Réécrit le 29/08/12

L’art se distingue de la nature comme faire (facere) d’agir ou effectuer en général (agere) et le produit ou la conséquence du premier, l’ouvrage (opus) se distingue de même des effets (effectus) de la seconde. […]

On voit un produit de l’art dans tout ce qui est ainsi constitué que la représentation en a dû dans la cause précéder la réalisation (même chez les abeilles) sans que cependant cette cause ait pu à vrai dire concevoir cet effet.

Kant, Critique de la faculté de juger, [De l'art en général], § 43, Vrin, 1960, traduction de J. Gibelin page 124.

Pour information, voici la traduction d’A. Philonenko chez Vrin en 1965 :

L’art est distingué de la nature, comme le « faire » (facere) l’est de l’« agir » ou « causer » en général (agere) et le produit ou la conséquence de l’art se distingue en tant qu’œuvre (opus) du produit de la nature en tant qu’effet (effectus).

Distinction

L’art se distingue de la nature comme le faire se distingue de l’agir : la représentation accompagne le faire, elle se représente le travail, le processus, sans nécessairement se représenter le résultat c’est-à-dire concevoir. Le faire produit une œuvre, l’agir produit un effet.

Enjeu

Si le travail artistique n’était pas accompagné d’une représentation, l’esthétique ne percevrait pas cette représentation mais un effet : elle percevrait des objets, pas des œuvres.

Exemple

Si les abeilles construisaient leurs alvéoles en se les représentant (cependant sans conception), elles feraient de l’art. Un morceau de bois taillé par la nature au hasard mais qui évoque une fin en lui-même, par exemple une forme faisant penser à une tête, sans évoquer de cause extérieure, c’est de l’art.

Problème

Dire la beauté, c’est soit évoquer une beauté extérieure, une analogie, comme Platon, soit définir la chose même du beau sans renvoi à l’extérieur : ce qui précède, ce qui se déroule, ou une cause.

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Kant
commenter cet article

commentaires