Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • Le défi des textes de philosophie et de leurs commentaires
  • : Promouvoir le caractère vérifiable de ce qui peut être dit
  • Contact

Profil

  • DéfiTexte
  • Auteurs étudiés en ce moment : Frege, Ecrits logiques et philosophiques ; Husserl, Recherches logiques ; Wittgenstein, Remarques philosophiques ; Aristote, Métaphysique.

Recherche

Archives

21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 14:42

Devoir ! Nom sublime et grand […]. Ce n’est pas autre chose que la personnalité, c'est-à-dire la liberté et l’indépendance à l’égard du mécanisme de la nature entière, considérée cependant en même temps comme un pouvoir d’un être qui est soumis à des lois spéciales, c'est-à-dire aux lois pures pratiques données par sa propre raison, de sorte que la personne, comme appartenant au monde sensible, est soumise à sa propre personnalité, en tant qu’elle appartient en même temps au monde intelligible.

Kant, Critique de la raison pratique, [Des mobiles de la raison pure pratique], PUF, 1971, traduction de François Picavet page 91.

Définition

Le devoir, c’est le nom qui renvoie à la personnalité, dont la liberté est indépendante du mécanisme de la nature mais soumise à l’influence de notre propre raison (pratique = influente).

Distinction

Personne et personnalité se distinguent comme le sensible et l’intelligible, comme liberté dans la nature et liberté par la raison, comme influences de deux mondes de pouvoir : influence des sentiments et influence de la raison pure.

Problème

Le problème du mélange est posé : concomitance plutôt qu’opposition ; la personne sensible est soumise en même temps à sa personnalité, elle appartient en même temps au monde intelligible.

Enjeu

Sans soumission du sensible à l’intelligible, sans soumission de la personne à sa personnalité, point de moralité, seulement l’envie ou pas de la légalité.

Argument

Manque biologique et manque social, le besoin et l’envie sont des sentiments de la nature sensible qui nous influence ; ici, la volonté reste une tension d’une nature sensible vers un but, non influencée par l’intelligible.

Argument

Soit le mobile est un sentiment et on peut avoir envie de respecter la légalité, soit le mobile est notre personnalité et on ne peut pas ne pas respecter la moralité : soumis à sa personnalité morale, on n’a pas même l’idée de faire autrement que de respecter la loi.

Rapprochement

Ibidem p.75 : « Ce qui est essentiel dans la valeur morale des actions, c’est que la loi morale détermine immédiatement la volonté » ; « l’on entend par mobile le principe subjectif de détermination de la volonté » : la personnalité est un mobile intelligible subjectif.

Partager cet article

Repost 0
Publié par DéfiTexte - dans Kant
commenter cet article

commentaires